vvjack.be/PORTAIL

banniere1.gif

Dimanche 27 mai 2018

Index

Nouvelles

Photos

Chants

Pilotes Belges

350 (DIA)

Vera Lynn

350 (1)

350 (2)

Hist 350Sqn

Spits 350

Liens

Forum RHA

 

Articles


-Décés de Mike Donnet

609 Squadron Photos

A ** RAF Squadrons **

Achtung Typhoons

Aviateurs inhumés sur la Pelouse d'Honneur a Bruxelles.

Avions "DUXFORD"

Avions Belges

Avions Belges 1940 (Fairey Battle MK1)

Avions Belges 1940 (Fairey Firefly et Fox)

Avions Belges 1940 (Fiat CR42 Falco)

Avions Belges 1940 (Gloster Gladiator Mk. 1)

Avions Belges 1940 (Hawker Hurricane MK1)

Avions Belges 1940 (Morane Saulnier 236)

Avions Belges 1940 (Renard R31)

Belges Du Vivier (Premier Squad Leader RAF)

Belges (Ambiorix en Angleterre)

Belges (Attaques aériennes 1940)

Belges (Aéronautique 1940)

Belges (Balbo Roelandt)

Belges (Biographie R Lallemant)

Belges (Canal Albert Mai 1940)

Belges (Charles Demoulin)

Belges (Film Mony Van Lierde)

Belges (Francois Venoesen)

Belges (Georges Jaspis)

Belges (Henri Gonay)

Belges (Histoire "Drole" C Demoulin)

Belges (Histoire du 350 SQN)

Belges (Jean De Selys Longchamps)

Belges (L'odyssée de Michel Donnet et de Léon Divoy.)

Belges (La drole de Geurre des aviateurs Belges)

Belges (Le Squadron 349)

Belges (Le jour J de Jean Morel)

Belges (Les Belges dans la RAF photos diverses)

Belges (Les Pilotes Belges SQN350 et 349)

Belges (Les Premiers Belges en Angleterre)

Belges (Les commandants du 350 SQN)

Belges (Liste des Avions 350Sqn)

Belges (Londres 21 Juillet 1941)

Belges (Ma mission la plus dangereuse Lucien Leboutte)

Belges (Maurice Balasse)

Belges (Offenberg)

Belges (Patriote Illustré)

Belges (Pensées De Raymond Lallemant)

Belges (Pertes Aeronautique en 1940)

Belges (Photos 349 SQN)

Belges (Photos Allemagne 45)

Belges (Photos Anciens de 1940 (1990) )

Belges (Photos de 40 (2AERO))

Belges (Pilotes et Victoires )

Belges (Premier DC3 de la Sabena OO-AUH.)

Belges (Raymond Lallemant (Extrait))

Belges (Raymond Lallemant)

Belges (Rolin et Siroux le 10 Mai 1940)

Belges (Un Combat de R Lallemant)

Belges (Van de Poel (Un pilote du Sqn350))

Belges (VanRolleghem)

Belges a Dieppe

Belges a la 609

Belges dans la Bataille d'Angleterre

Belges dans la Guerre

Belges dans la RAF 40 45 (LISTE)

Belges du Coastal Command 1940 (SQN 235 et 236)

Belges en Afrique

Belges en France 1940

Belges le 6 Juin 44

Belgian Congo Air Force ??

Bilan de la luftwaffe sur la France en 1944

Coastal Command à l'offensive - Norvège mi 1944/45

Cocardes

Correspondances Grades

D'un repas a l'autre

Dessins

Dessins Avions RAF

Dessins Bombardiers légers RAF

Dessins Chasseurs Anglais

Dessins Spitifires V du 350 Sqn

Dessins Spits de 45 et les Anciens de 40

Extrait ..... (Marc Lévy)

Film RAF 01

Film RAF 02

Film RAF 03

Film RAF 04

Film RAF 05

Film RAF 06

Film RAF 07

Film RAF 08

Film RAF 09

Film RAF 10

Flying Duty

Fonds d'écran RAF

Grades RAF

Histoire de Bouton

Hommage a un équipage de Lancaster

Hommage aux participants de la Bataille d'Angleterre

Interview Closterman (Texte)

Interview de Pierre Closterman (Video)

L'affaire de Dunkerque

La 2nd Tactical Air Force (Normandie 44)

La RAF et la WWII

La bataille d'Angleterre

La bonne planque de Gondregnies

Le Albemarle ( Un bizarre )

Le Lysander et le Walrus

Le Spitfire MH434

Le Stampe SV4

Les B17s de la RAF

Les B25 et A20 (Couleurs)

Les Beaufighters

Les Bombardiers Anglais

Les Bristol Blenheims

Les Chasseurs Anglais

Les Halifax

Les Halifax (en couleurs)

Les Hawker Hurricanes

Les Hawker Tempests

Les Hurricanes (Fabrication Hurricanes)

Les Hurricanes (Versions (Synthese))

Les Hurricanes MK IIC

Les Junkers 52 Belges

Les Lancaster Sqn 103

Les Lancasters

Les Lancasters (Décollage Film couleurs)

Les Mosquitos

Les Mosquitos (Du Bois au Mosquito)

Les Mosquitos (Photos couleurs)

Les PRU (Photos couleurs)

Les PRU a la recherche des V1

Les Pilotes du 609 (Document)

Les Renards

Les Savoia Marchetti Belges

Les Spifires V du 350 Sqn

Les Spitfires

Les Spitfires (Couleurs)

Les Spitfires (Petit Film Spitfire)

Les Spitfires (Versions (Synthese))

Les Spitfires (Video Spitfire)

Les Spitfires PR

Les Spitfires en Sicile

Les Spitfires en couleurs

Les Spits BOB

Les Stirlings

Les Stirlings (en couleurs)

Les Typhoons

Les Typhoons (En couleurs)

Les Typhoons (Plan)

Les Westland Whirlwind

Les avions du Coastal command (En couleurs)

Les cocottes (CR42)

Les pilotes du SQN611

Les villes pour cible

Lettre de Dowding BOB

Lettres et Squadrons RAF

Manuel Anglais P51

Manuel Beaufighter

Manuel Lancaster

Manuel Mosquito

Manuel Spitfire XIV

Manuel Wellington

Manuel du Typhoon

Manuels Spitfires et Hurricanes

Montage Avions 2 Aero 1940

Operation Spartan

Percée d'Avranche 44

Peter Townsend

Pierre Closterman

Pilotes (Chasse) RAF

Posters RAF

Profil des Differents Spitfires

Publicités RAF

Quelques C47

Quelques Pilotes de la RAF

RAF (Actualites de 1939 RAF)

RAF (Actualités RAF FAF 1939)

RAF (Alan Deere)

RAF (Attaque de Tarente)

RAF Uniforms 39 45

Raid Sur Berlin 1943 Extrait Sonore

Raid Sur Essen 1943 Extrait Sonore

Raid Sur Stettin 1943 Extrait Sonore

Termes RAF

Tunderbolts en couleurs

Typhoon sur le ventre

Un Raid en Images

Un Vol avec Liberty Belle

Un pilote francais en Normandie

Une Base en Normandie JUIN 1944

Vera Lynn (Arrangement)

Vera Lynn (Film1)

Vera Lynn (Film2)

Vera Lynn (Film3)

Vera Lynn (Film4)

Vera Lynn (Pochettes)

Contacts


Webmaster :

Envoyer un message



Déjà 3012350 visiteurs

L'affaire de Dunkerque



Du fait que l'Armée Belge s'est sacrifiée pour permetre aux Français et surtout aux Anglais de ses retirer jusqu'à Dunkerque pour ensuite évacuer?
Il faut savoir que Curchill à décidé ce retrait dès le 20 mai, sans en référer à ses alliés, que Gamelin en annoncant le retrait des troupes Alliées de Belgique ( à cause des drames de Hollande, de Dinant et surrtout de Sedan) laissa les Belges installé sur une position défensive bien préparée (la ligne KW, "Dyle" pour les français)... avec l'ennemi dans le dos!
D'où première retraite vers l'Escaut, là les troupes se défendent et même contre attaquent, tandis que les forts de Liège tiennent toujours (sauf Eben Emael, off course).
Le 21, les Panzers atteignent Abbeville, Lord Gort propose de contre attaquer avec 2 divisions anglais et 2 françaises pour joindre les gros de stroupes françaises au Sud Ouest. Pour ce il demande aux Roi d'étirer son front pour libérer une division anglaise. Pour le roi il était evident que le mouvement des troupes franco anglaises vers le Sud Ouest créerait une brèche entre les belges et les anglais. Léopold III en informa Lord Gort et Curchill.

Le 21 mai, les Anglais reculent jusqu'à la Lys, les Belges sont contraint de suivre le mouvement pour éviter une brèche. Ce même jour, à Ypres, le Roi prévient Weygand du risque de plus en plus grand d'un encerclement des troupes franco-anglo-belges du Nord et de l'amenuisemnt de l'approvisionement de l'Armée Belge. Weygand expose son plan de contre offensive, il est convenu que l'Armée Belge couvrira les opérations en défendant à fond la ligne de la Lys avec une retraitre éventuelle sur l'Yser. En clair, l'Armée Belge était sacrifiée.
Le 21 au soir, Léopold III prévint le Gouvernement anglais qu'il désirait avant tout garder contact entre les armées Belges et Britanniques mais qu'une offensive anglaise vers le Sud rendrait ce contact physiquement impossible. Il prévint également que son gouvernement (belge) le pressait de quitter la Belgique avant que l'Armée ne soit dans la nécessité de capitulker pour éviter l'anéantissement mais qu'il refusait d'abandoner ses troupes.

Le 22 mai, à la conférence franco-anglaise, Weygand ne mentionnera pas l'avertissemnt du Roi des Belges. Billote, délégué de Weygand et coordinateur des troupes franco-anglo-belges décède dans un accident de voiture. Il ne sera remplaçé que le 26 mai à 18 heures. Entretemps, il n'y eu aucune mesure de coordination entre les trois armées.

Le 23 mai Reynaud télégraphe à Curchill que Weygand l'informe que les Belges ont repoussé de petites incursionset que leur moral est excellent.
Les milieux politiques et miltaires Berlinois reconaissent l'héroïque résistance et l'acharnement des soldats belges" ( apparu dans les journaux suisses du 23 mai, cette déclaration sera citée le lendemain dans, entre autres le Figaro et d'autres journaux autant français qu'anglais). Toujours ce 23 mai, les Blges se voient retirer l'utilisation des bases de Gravelins, Dunkerque et Bourbourg. Elle est désormais réduite à se servir uniquement des ports d'Ostende et de Nieuport (heureusement, ils sont belges!).

Le 24 mai commence pour l'Armée Belge la Bataille de la Lys, qui dura 4 jours sans la moindre interruption. Les Allemands vont mettre 4 jours pour progresser de 25 kilomètres ( les Belges tenaient à eux seuls un front de 90 Km de large, ce qui était démesuré dans ce contexte).
Plusieurs contre attaques ont lieu dont celle de Vynckt pat le 3ème Régiment de Chasseurs Ardennais qui constitue, encore aujourd'hui, un véritable fait d'armes. Les Allemands font appel à de puissantes formations de bombardiers en piqué, appuyées par de nombreux chasseurs. Malgré maintes sollicitations, à aucun moment, les troupes blges n'ont été couverte par l'aviation alliée.

Le 25 mai, la presse britannique et française loue "le courage indomptable" de l'Armée Belge à Courtrai. La contre offensive prévue pour rompre l'encerclement ayant échouée, les anglais se replient sur Dunkerque à partir du 24 au soir. Dès lors, le sort de l'Armée Belge est fixée. Tout espoir de la sauver est vain. La poursuite de la lutte ne ne peut plus avoir d'autre but que de couvrir les troupes alliées qui parviendront à s'embarquer à Dunkerque. Dans la troupe se répand le bruit que le Belgique sera bientôt abandonnée par les Franco-Britaniques comme venait de l'être la Norvège.
Le roi se met en rapport dircet avec Churchill et lui apprend la situation désespérée de l'Armée Belge aisni que de sa décision de tenir aussi longtemps que possible. Churchill lui demande que la résistance belge soit poursuivie "jusqu'à toute extrémité".
Dans une lettre au Roi d'Angleterre, Léopold III déclare que "puisqu'il n'avait d'autre perspective que la capitulation (pour éviter un massacre autant de ses troupes que des civils réfugiés derrière), il n'abandonerait ni ses soldats, ni son peuple".
En restsant, il s'engageait à ce que le Belgique ne fut entraînée dans toute action défavorables à la Grande-Bretagne et à la France.
Le décès du général Billote, son non-remplacement et la rupture matérielle des communications avec la France (notamment par la destruction du central téléphoniuq ede Lille) empêchèrent le Roi de faire parvenir une notification analogue à Paris. Mais, de l'aveu même de Paul Reynaud, Spaak le mit au courant de la situation au moment où, le 26 mai, ils quittérent Londres par avion pour se rendre ensemble à Paris.

Le 26 mai justement, les Allemands redoublent d'efforts et le front est forçé en plusieurs points. Le GQG Belge informe les autorités britanniques de la situation très grave de l'armée, celle ci ne disposant plus de réserve et son repli sur l'Yser étant impossible en raison de l'état d'épuisement de stroupes, de l'engorgement des voies de communications par les réfugiés et de la pression constante de l'ennemi. Dans telles conditions, une retraite ne pourrait aboutir qu'à un désastre. En plus, elle impliquerait l'abandon de toutes les munitions, de tout le matériel et de tout les vivres.
La seule issue était une contre attaque britannique devaot être lançée dans le flanc vulnérable de l'ennemi.
L'Armée Britannique n'était pas dans une situation plus favorable pour exécuter la contre attaque et permettre ainsi aux belges de se dégager et se replier sur l'Yser.
Le Roi l'ignorait, car aucun message dans ce sens ne lui parvînt jamais, les anglais avaient déjà reçus les instructions de battre en retraite vers la côté et faisaient leurs préparatifs en conséquance. L'Armée Belge est abandonnée à son sort.

Le 27 mai, les Anglais font effectivement retraite vers Dunkerque ( où aucune possibilité d'embarquement ne fut jamais offerte ni même envisagée pour les Belges.) Le Roi, tente de mainetenir autant que possible contact et les pertes sont lourdes. Le Roi craint qu'en cas de débâcle, l'ennemi ne se fraie un chemin au travers des milliers de civils qui encombrent les routes. Cette débâcle le Roi songe à l'éviter, à l'ultime moment, c'est à dire lorsque la poursuite de la lutte oprganisée se révelera impossible, dans l'espoir d'obtenir pour son pays une occupation ennemie relativement moins rigoureuse (que celle de 14-18 par esmple). Le front s'écroule, les munitions commencent à manquer, le ravitaillement des troupes et l'évacuation des blessés deviennet impossible , la situation des civils est des plus inquiétant tant au niveau de leur ravitaillement que de leur sécurité. Au soir, il est évident qu'une reprise de l'offensive le 28 au matin écrasera complètement l'Armée Belge.

Un peu avant 16 heures, le commandement belge constate:
1. que du point de vue national, l'Armée à rempli sa tâche, elle a mis en oeuvre la totalité de sa capacité de résisatnce;
2. du point de vue international, l'envoi d'un parlementaire pour s'enquérir des conditions de cessation des hostilités condiora à gagner au profit des Alliés toute la nuit du 27 au 28 mai et, peut être une partie de la matinée du 28, délai équivalent à celui que ne pourrait procuer la continuation de lutte armée qu'au prix d'une dislocation catastrophique de l'Armée.

Le Roi décide qu'un parlemantaire sera envoyé pour connaître les conditions de cessation des hostilités entre l'Armée Belge et l'Armée Allemande. Cette décision est aussitôt portée à la connaissance des Missions fraçaise et britannique. Le chef de la Mission française, tout en comprenant le bien fondé de la décision, estime que les négociations devraient se conduire de concert par le strois armées.

Vers 17 heures, un parlemantaire est envoyé, il revient à 22 heures avec la réponse: "Le Führer exige le dépôt des armes sans conditions".
A 23 heures le Roi décide d'accepter et propose que le feu cesse le 28 mai à 4 heures du matin.
Le 28 mai, à 4 heures, les Allemands cessent le feu sur l'ensemble du front.

Contarirement à ce qu'avait affirmer Paul Reynaud dans ses "Mémoires", le Roi avait régulièrement informé ses ministres et les deux puissances alliées de la situation du front belge et de l'obligation dans laquelle il allait se trouver de déposer les armes.

Je concluerais en disant que le drame pour les français et les anglais n'a pas tant été la capitulation ( bien légitime au vu de la situation) que leur incapacité à se coordoner et même à s'accorder.

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 29/12/2007 @ 23:28
Catégorie : Histoire

NewsLetter


Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Sites Annexes



• Le Forum RHA

• Une Mission



_____________________


• Aéronautique 1940

• Récits de 1940

• Témoignages 1940

• Terrains de 1940



_____________________


LE BAR DU 350SQN
Cliquez sur l'insigne ..

Calendrier


<< Mai  2018 >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
30 01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 01 02 03

Recherche


Google

Sur le web

Sur ce site

Sondage


Que pensez-vous de ce Site ?

Bien

Bof ...

Rien

Résultats

Retour début de page





Page générée en 0,054 secondes