vvjack.be/PORTAIL

banniere2.gif

Mercredi 7 décembre 2022

Index

Nouvelles

Photos

Chants

Pilotes Belges

350 (DIA)

Vera Lynn

350 (1)

350 (2)

Hist 350Sqn

Spits 350

Liens

Forum

 

Articles


609 Squadron Photos

Achtung Typhoons

A ** RAF Squadrons **

Aviateurs inhumés sur la Pelouse d'Honneur a Bruxelles.

Avions "DUXFORD"

Belges a Dieppe

Belges a la 609

Belges (Ambiorix en Angleterre)

Belges (Balbo Roelandt)

Belges (Biographie R Lallemant)

Belges (Charles Demoulin)

Belges dans la Bataille d'Angleterre

Belges dans la Guerre

Belges dans la RAF 40 45 (LISTE)

Belges du Coastal Command 1940 (SQN 235 et 236)

Belges Du Vivier (Premier Squad Leader RAF)

Belges en Afrique

Belges (Francois Venoesen)

Belges (Georges Jaspis)

Belges (Henri Gonay)

Belges (Histoire "Drole" C Demoulin)

Belges (Histoire du 350 SQN)

Belges (Jean de Seyls)

Belges le 6 Juin 44

Belges (Lejeune)

Belges (Le jour J de Jean Morel)

Belges (Les Belges dans la RAF photos diverses)

Belges (Les commandants du 350 SQN)

Belges (Les Pilotes Belges SQN350 et 349)

Belges (Les Premiers Belges en Angleterre)

Belges (Le Squadron 349)

Belges (Liste des Avions 350Sqn)

Belges (L'odyssée de Michel Donnet et de Léon Divoy.)

Belges (Londres 21 Juillet 1941)

Belges (Ma mission la plus dangereuse Lucien Leboutte)

Belges (Maurice Balasse)

Belges (Mony Vanlierde)

Belges (Offenberg)

Belges (Ortmans 2 freres)

Belges (Patriote Illustré)

Belges (Pensées De Raymond Lallemant)

Belges (Photos 349 SQN)

Belges (Photos Allemagne 45)

Belges (Photos Anciens de 1940 (1990) )

Belges Photos Pilotes Belges RAF

Belges (Pilotes et Victoires )

Belges (Raymond Lallemant)

Belges (Raymond Lallemant (Extrait))

Belges (Un Combat de R Lallemant)

Belges (Van de Poel (Un pilote du Sqn350))

Belges (Vanderperren Jaak)

Belges (VanRolleghem)

Belgian Congo Air Force ??

Bilan de la luftwaffe sur la France en 1944

Coastal Command à l'offensive - Norvège mi 1944/45

Cocardes

Correspondances Grades

Décés de Mike Donnet

Dessins

Dessins Avions RAF

Dessins Bombardiers légers RAF

Dessins Chasseurs Anglais

Dessins Spitifires V du 350 Sqn

Dessins Spits de 45 et les Anciens de 40

Diaporama Sqn350 JANVIER 42

D'un repas a l'autre

Extrait ..... (Marc Lévy)

Films RAF 01

Films RAF 02

Flags Avions et Voitures RAF

Flying Duty

Fonds d'écran RAF

Grades RAF

Histoire de Bouton

Hommage a un équipage de Lancaster

Hommage aux participants de la Bataille d'Angleterre

Interview Closterman (Texte)

Interview de Pierre Closterman (Video)

La 2nd Tactical Air Force (Normandie 44)

La bataille d'Angleterre

La bonne planque de Gondregnies

L'affaire de Dunkerque

La RAF et la WWII

Le Albemarle ( Un bizarre )

Le Lysander et le Walrus

Les avions du Coastal command (En couleurs)

Les B17s de la RAF

Les B25 et A20 (Couleurs)

Les Beaufighters

Les Bombardiers Anglais

Les Bristol Blenheims

Les Chasseurs Anglais

Les Halifax

Les Halifax (en couleurs)

Les Hawker Hurricanes

Les Hawker Tempests

Les Hurricanes (Fabrication Hurricanes)

Les Hurricanes MK IIC

Les Hurricanes (Versions (Synthese))

Les Lancasters

Les Lancasters (Décollage Film couleurs)

Les Lancaster Sqn 103

Les Mosquitos

Les Mosquitos (Du Bois au Mosquito)

Les Mosquitos (Photos couleurs)

Les Pilotes du 609 (Document)

Les pilotes du SQN611

Le Spitfire MH434

Les PRU a la recherche des V1

Les PRU (Photos couleurs)

Les Spifires V du 350 Sqn

Les Spitfires

Les Spitfires (Couleurs)

Les Spitfires en couleurs

Les Spitfires en Sicile

Les Spitfires (Petit Film Spitfire)

Les Spitfires PR

Les Spitfires (Versions (Synthese))

Les Spitfires (Video Spitfire)

Les Spits BOB

Les Stirlings

Les Stirlings (en couleurs)

Le Stampe SV4

Les Typhoons

Les Typhoons (En couleurs)

Les Typhoons (Plan)

Les villes pour cible

Les Westland Whirlwind

Lettre de Dowding BOB

Lettres et Squadrons RAF

Manuel Anglais P51

Manuel Beaufighter

Manuel du Typhoon

Manuel Lancaster

Manuel Mosquito

Manuel Spitfire XIV

Manuels Spitfires et Hurricanes

Manuel Wellington

Operation Spartan

Percée d'Avranche 44

Peter Townsend

Pierre Closterman

Pilotes (Chasse) RAF

Posters RAF

Profil des Differents Spitfires

Publicités RAF

Quelques C47

Quelques Pilotes de la RAF

RAF (Actualités RAF FAF 1939)

RAF (Alan Deere)

RAF (Attaque de Tarente)

RAF Uniforms 39 45

Raid Berlin/Essen/Stettin 1943 Extrait Sonore

Termes RAF

Tunderbolts en couleurs

Typhoon sur le ventre

Une Base en Normandie JUIN 1944

Un pilote francais en Normandie

Un Raid en Images

Un Vol avec Liberty Belle

Vera Lynn (Pochettes)

Vera Lynn Videos

Contacts


Webmaster :
VAN VLASSELAERE JACQUES

Envoyer un message



Déjà 7084136 visiteurs

La BEF en Belgique 1940



Traduction d'une page en Anglais ==> Francais aproximatique


AVANCER EN BELGIQUE
10 mai au 15 mai 1940


Au quartier général d'Arras, le calme d'une nuit de printemps se brisa brutalement juste avant l'aube du matin du 10 mai, lorsque des avions allemands rugirent au-dessus de la ville et bombardèrent les aérodromes voisins. Le raid faisait partie d'une attaque générale et généralisée de la Luftwaffe contre les aérodromes, les chemins de fer, les quartiers généraux et les principaux points d'approvisionnement des Alliés dans le but de paralyser les forces aériennes et de perturber les communications en tant que premier mouvement de la campagne allemande de l'Ouest. À l'exception d'un ou deux endroits, il a causé relativement peu de dégâts militaires aux installations britanniques le premier jour, et rien qui a affecté nos plans, mais il a sonné bruyamment l'appel à la bataille.
Peu de temps après, vers six heures moins un quart, un message du quartier général français a été reçu ordonnant une alerte complète , et environ une demi-heure plus tard est venu un autre message par l'intermédiaire de la mission Swayne au quartier général du général Georges pour dire que les ordres avaient été donnés par le Commandant suprême pour l'exécution immédiate du plan D, c'est-à-dire pour l'avancée projetée vers la rivière Dyle en Belgique. Le quartier général britannique envoya donc l'ordre suivant :

Prévoyez DJ1. aujourd'hui. Zéro heure 1300 heures. 12L. peut traverser avant zéro. Silence sans fil annulé après le passage de la frontière. Le poste de commandement ouvre à 13h00. Les reconnaissances aériennes peuvent commencer immédiatement.
Dans un langage peu technique, cela signifiait que «le plan D entre en vigueur aujourd'hui à 13 heures. Le 12 Lanciers peut traverser la frontière franco-belge avant le. Le silence sans fil est annulé après l'entrée en Belgique. Le poste de commandement du commandant en chef ouvrira à Wahagnies à 13 heures. Les reconnaissances aériennes pourront commencer immédiatement. Le reste de la matinée est occupé par les préparatifs de l'avancée et à une heure précise, les automitrailleuses du 12e Royal Lancers franchissent la frontière ouest de la Belgique. Au petit matin, les troupes allemandes de tête avaient franchi les frontières orientales de la Belgique, de la Hollande et du Luxembourg. Sans provocation, sans avertissement, sans égard pour son propre honneur, l'engagement de l'Allemagne à respecter la neutralité de ses voisins n'a été traité que comme "un bout de papier", bien qu'il ait été renouvelé, non sollicité, seulement quelques mois auparavant. Contrairement à la Grande-Bretagne et à la France qui étaient en
guerre avec l'Allemagne, la Hollande et la Belgique avaient fait confiance à la promesse allemande et étaient en paix lorsque des raids aériens bien plus violents que ceux qui avaient perturbé Arras ont brisé le calme de la nuit et les rêves belges et hollandais d'une neutralité intacte.

Les nouvelles des mouvements allemands vers la frontière étaient parvenues au gouvernement belge pendant la nuit et à quatre heures du matin, leur ministre des Affaires étrangères, M. Spaak, a appelé l'ambassadeur britannique à Bruxelles, Sir Lancelot Oliphant, et a demandé l'aide britannique pour résister à l'invasion allemande.

L'heure zéro allemande fut fixée à 5h35 ce matin-là et les troupes commencèrent ponctuellement l'invasion de la France, du Luxembourg, de la Belgique et de la Hollande mais une unité de sabotage de soixante-quatre hommes, organisée en cinq parties, traversa la frontière entre Roermond et Maastricht. deux à trois heures avant. Trois groupes portaient des casques d'acier hollandais et des manteaux par-dessus leurs uniformes allemands ; les deux autres portaient des combinaisons d'ajusteurs et de mécaniciens. Leur objectif était de capturer divers ponts, mais les gardes du pont ont réussi à faire exploser la plupart de ces attaques. Le journal de guerre allemand du XIe Corps contient un rapport de l'une de ces parties qui déclare qu'il a capturé sept soldats néerlandais qui, « ont été emmenés, certains devant et d'autres flanquant le détachement, pour fournir une couverture contre le feu ennemi ».

Depuis des mois, le Corps expéditionnaire britannique était déployé le long de la frontière franco-belge entre Halluin et Maulde. Une avance rapide à travers un pays étranger jusqu'à une position qui avait effectivement été photographiée depuis les airs mais n'avait pas été reconnue, impliquait des mouvements complexes et nécessitait une planification minutieuse si elle devait se dérouler sans heurts et sans congestion du trafic sur les routes ; et le déménagement doit prendre quelques jours. Mais les plans britanniques pour une avance vers la Dyle avaient été soigneusement préparés et répétés et, par conséquent, tout s'est bien passé. Le 12e Lanciers est arrivé en premier, et les unités de reconnaissance blindées allouées par le quartier général aux I et II Corps ont atteint la Dyle cette nuit-là et ont finalement été déployées sur tout le front. Il s'agissait des 4e/7e Royal Dragoon Guards, des 13e/18e Royal Hussars, le 15e/19e King's Royal Hussars et le 5e Royal Inniskilling Dragoon Guards, tous désormais mécanisés mais remplissant toujours l'ancien rôle d'un écran de cavalerie se déplaçant devant la force principale. Eux et les troupes qui les suivaient furent chaleureusement accueillis par le peuple belge et ne virent rien de la peur et de la confusion qui allait bientôt encombrer les routes de réfugiés. Une unité de la 3e division s'est vue fermer une barrière frontalière parce qu'elle ne pouvait pas montrer au responsable fidèle mais mal informé « une autorisation d'entrer en Belgique ». Mais ils ont chargé la barrière avec un camion de 15 quintaux et l'avance de la division s'est poursuivie.

L'armée de l'air allemande n'a fait aucune tentative sérieuse d'intervenir, mais comme Lord Gort avait décidé de risquer de se déplacer de jour comme de nuit, les longues colonnes auraient dû être très évidentes pour les avions de reconnaissance ennemis (malgré une bonne discipline de marche qui maintenait grands intervalles entre les véhicules), s'ils avaient pu observer de près la zone. En l'état, l'immunité bienvenue contre les attentions des avions allemands était sans doute due en partie à la protection donnée par la Royal Air Force Air Component, qui effectua 161 sorties ce jour-là. Mais deux autres considérations contribuent à expliquer la conduite allemande. En premier lieu, leur force aérienne dans cette phase de la bataille a été principalement utilisée contre des cibles préétablies ou a remplacé l'artillerie en soutien aux forces terrestres allemandes. Les raids d'ouverture sur les aérodromes belges avaient détruit la moitié des avions belges avant qu'ils ne puissent quitter le sol, et des positions clés en Hollande avaient été saisies par les troupes aéroportées à la suite de raids violents. Certains des aérodromes et des communications français avaient également gravement souffert, mais l'ennemi n'a remporté un succès considérable que dans un seul cas sur les aérodromes utilisés par les Britanniques. À Condé Vraux, le terrain de l'escadron n° 114, ils détruisirent complètement six des dix-huit Blenheim et rendirent inutilisables les douze autres, l'aérodrome et les bureaux furent gravement endommagés et la réserve d'essence à proximité fut incendiée. Ainsi tout l'escadron et l'aérodrome ont été pratiquement mis hors service au début de la bataille. Le fait que notre défense au sol ait abattu plus de la moitié des avions attaquants était une mauvaise compensation pour une telle perte. Ailleurs, cependant, notre défense a été plus réussie et les dégâts sans gravité. En second lieu, le haut commandement allemand s'attendait à ce que, pour des raisons à la fois politiques et militaires, les Alliés s'avancent en Belgique et, ce faisant, ils étaient prêts à combattre les armées alliées au nord aussi loin que possible de la frontière française fortifiée. Ce n'était donc pas le but de l'armée de l'air allemande d'entraver notre avance à ce stade.

Le nouveau front vers lequel se dirigeaient les armées française et britannique s'étend de Sedan au sud à Anvers au nord. À l'exception d'un secteur de vingt milles, il est couvert partout par des cours d'eau qui servent d'obstacles de chars tout faits. De Sedan le front suit la Meuse en passant par Givet et Dinant jusqu'à la forteresse de Namur. De là à la rivière Dyle à Wavre se trouve le seul secteur non protégé, connu sous le nom de brèche de Gembloux. Là, un obstacle incomplet avait été dressé par les Belges. Le front est ensuite couvert par la Dyle de Wave à Louvain et de là s'écoule derrière des rivières canalisées vers Anvers et la mer.

Le haut commandement français s'attendait à l'effort allemand principal dans le plan belge entre Namur et Anvers, ils avaient donc concentré de fortes forces là-bas. A droite la 1re armée française.
la brèche de Gembloux tenait un front d'environ vingt-cinq milles avec huit divisions d'infanterie et deux divisions blindées légères du corps de cavalerie opérant à l'avant. Au centre, la force britannique tenant environ dix-sept milles de la Dyle, de Wavre à Louvain, avait neuf divisions déployées en profondeur dont trois en première ligne et avec la cavalerie mentionnée ci-dessus devant elles. Sur la gauche britannique, l'armée belge se replie pour continuer la ligne de défense alliée jusqu'à la mer. La septième armée française avançant vers l'embouchure de l'Escaut avait six divisions d'infanterie avec une division mécanisée légère opérant à l'avant. Un historien militaire français, le commandant Pierre Lyet, déclare que les première et septième armées étaient composées pour la plupart d'unités actives et de série A - les unités actives étant des troupes régulières de haute qualité de combat et de série A pas très inférieures mais de qualité inégale. Cinq divisions d'infanterie motorisée en faisaient partie, « ainsi que la quasi-totalité de nos moyens en transports motorisés, des groupements anti-aériens, des régiments d'artillerie tractée et des bataillons de chars modernes. Devant eux se trouvaient les trois divisions blindées légères, dont le groupe était la plus puissante des formations mobiles de l'armée française ». et des bataillons de chars modernes.

En revanche, dans le secteur le plus au sud entre Longwy, Sedan et Namur, où les Ardennes et la Meuse étaient considérées par le commandement français comme rendant impraticable une attaque blindée - où, par conséquent, ils n'attendaient pas le principal effort allemand - « les neuvième et deuxième armées étaient composées principalement de divisions de série A et de série B. Les renforts des unités de la réserve générale étaient à plus petite échelle et ces unités étaient équipées de matériel moins moderne ». … Ailleurs, Lyet écrit : « Les ressources dont disposaient les deux divisions de série B qui devaient faire les frais de l'attaque étaient faibles. Ils n'avaient presque pas d'officiers réguliers. Ils n'avaient pas été mis en condition de guerre en étant au contact de l'ennemi sur le front de Lorraine ».La deuxième armée tenant environ quarante milles avait cinq divisions d'infanterie entre Longwy et Sedan avec deux divisions de cavalerie et une brigade de cavalerie en tête ; la neuvième armée tenait un front de plus de cinquante milles avec sept divisions d'infanterie, deux divisions de cavalerie légère composées en grande partie d'unités à cheval avec quelques chars légers et une brigade de spahis à l'avant.

Les deuxième, neuvième et première armées françaises étaient comprises dans le premier groupe d'armées sous le commandement du général Billotte. A gauche de ce groupe, pris en sandwich entre la 1re armée française et l'armée belge, se trouvait le corps expéditionnaire britannique sous le commandement direct du général Georges.Avec
l'ensemble du théâtre d'opérations du nord-est français, y compris également la 7e armée française avec son rôle indépendant . Son deuxième groupe d'armées se trouvait à la droite du premier groupe sur la ligne Maginot. La réserve générale dont disposait le général Georges était faible, à savoir treize divisions. Il était très étalé et incapable d'agir rapidement dans un contre-coup. De plus, il y avait quatre divisions (une polonaise) en cours de formation. De plus, « il faut aussi noter que le « centre de gravité » de ces réserves se trouvait dans le groupe d'armées 2, alors que le groupe d'armées n'avait pas participé à l'avancée en Belgique ».Ainsi, la réserve n'a pas été placée de manière à être facilement disponible là où l'effort allemand principal était attendu.

Dans les plans du Haut Commandement français, il y eut une autre erreur de calcul qui contribua au désastre qui s'ensuivit. On supposait que la défense belge de leur frontière et l'action retardatrice de l'écran de cavalerie française et britannique suffiraient à empêcher les forces allemandes d'atteindre la nouvelle ligne principale de résistance au nord (la ligne Dyle) avant les Alliés. Cette hypothèse s'est avérée erronée en ce qui concerne la 9e armée française. Lorsque la bataille fut engagée, une partie de la neuvième armée française était engagée avant d'être établie sur la nouvelle ligne ; et la petite réserve générale était si mal située qu'elle ne pouvait intervenir efficacement.

Au cours de la première phase de la bataille, cependant, le corps expéditionnaire britannique ne souffrit directement d'aucun de ces inconvénients. L'effort allemand principal n'était pas dirigé sur son front à travers la plaine belge, et bien que l'armée belge défendant la frontière orientale ait été repoussée plus rapidement que prévu, la défense britannique était bien organisée lorsque l'ennemi a finalement atteint notre secteur sur la Dyle. Si la ligne de front réelle n'était tenue que par trois divisions (2e, 1e et 3e), deux étaient en soutien (48e et 4e), deux devaient être en réserve (5e et 50e), et deux autres étaient de retour sur l'Escaut (42e et 44e). La disposition de Lord Gort sur ses divisions en profondeur s'est vite avérée sage

La position de Dyle dans le secteur britannique était assez forte, bien que trois divisions sur un front de 30 000 yards signifiaient que la ligne de rive elle-même serait légèrement gardée. La rivière n'est guère plus qu'un large ruisseau. Le fait que ses rives soient largement boisées entraîne un risque permanent d'infiltration d'infanterie, mais la rivière et la voie ferrée, qui suivent la plupart du temps la rive orientale ou ennemie, constituent ensemble une protection assez efficace contre les chars, et près de Louvain les Belges avaient construit quelques casemates pour renforcer les défenses de la ville. La vallée basse à travers laquelle la Dyle coule tranquillement de 500 à 1 500 mètres de large et a été inondé par endroits ; les hauteurs qui flanquent la vallée s'élèvent plus abruptement du côté ennemi et depuis la crête de la colline, une vaste étendue de pays à l'ouest est dominée. Certains de nos artilleurs ont eu du mal à choisir des sites qui étaient cachés à l'observation allemande, mais l'artillerie était déployée pour donner le maximum de couverture et un ennemi aurait trouvé coûteux d'attaquer avec succès entre Wavre et Louvain. C'était dans ces deux villes flanquantes, chacune sur des routes importantes et avec des ponts importants, que résidait le principal danger.
Nos principales brigades d'infanterie prirent leurs positions sur la rivière le 11 mai et le 15, À l'est de la Dyle, la cavalerie avait pris contact avec l'ennemi. pour la première fois le 13.

Alors que les troupes britanniques avaient ainsi pu occuper leur nouveau front sans ingérence, les troupes hollandaises, belges et françaises avaient affronté le premier assaut des armées allemandes plus à l'est. En Hollande, l'utilisation de troupes aéroportées couvertes par de lourds bombardements et suivies de chars avait permis aux Allemands de se placer derrière des défenses qui avaient été conçues pour résister à une attaque frontale. Déjà au 13e, la défense cohérente du pays devenait impossible et il était clair que la Hollande ne pourrait pas tenir longtemps.

Le plan belge était de mener une action retardatrice sur le canal Albert d'Anvers à la Meuse et de là le long de la Meuse de Liège à Namur, jusqu'à ce que les forces alliées puissent atteindre la Dyle. L'armée belge devait alors se replier sur le secteur gauche de cette ligne, entre Louvain et la mer. Mais tôt le matin de l'ouverture de la campagne, avant que les forces allemandes n'atteignent Maastricht (qui est dans la langue de la Hollande, s'étendant au sud vers Liège), la défense belge du front du canal Albert avait été gravement compromise par la perte des ponts à Briedgen, Veldwezelt et Vroenhoven, immédiatement à l'ouest de Maastricht, et de la forteresse frontalière voisine d'Eben Emael qui a été conçue pour les protéger. Suite aux forces aéroportées, débarquées à l'arrière des ponts et au sommet du fort,5 Le 13 mai, l'armée belge effectuait une retraite de combat vers le secteur nord du front allié.

Plus au sud, la position était plus grave. Le pays ardennais ne s'est finalement pas avéré être un obstacle efficace à l'avancée des divisions blindées allemandes.


Maastricht: la cavalerie et les chars légers ont été retirés à mesure que les forces ennemies avançaient là-bas, et dans la nuit du 12, tous les avant-postes de la neuvième armée française s'étaient retirés à l'ouest de la Meuse. Cette nuit-là, les troupes allemandes avancées traversèrent la Meuse en canots pneumatiques à plusieurs endroits et le 13 mai, elles avaient formé de petites têtes de pont sur la rive ouest près de Sedan et de Dinant. Les « forces fortes » qui avaient été stationnées par le haut commandement français où l'attaque principale était attendue risquaient déjà de voir leur position inversée trois jours après l'ouverture de la bataille. Car, pensant que les têtes de pont sur la Meuse étaient encore petites, les divisions blindées allemandes avancées avaient atteint la rive orientale et étaient prêtes à traverser, tandis que plus à l'ouest, l'avancée de la 9e armée française n'était pas encore terminée.

Le 13 mai, alors que nos 48e et 4e divisions se déplaçaient vers l'est pour soutenir les divisions des I et II corps sur la Dyle, les divisions blindées allemandes situées au sud ont commencé à se déplacer vers l'ouest au-dessus de la Meuse.

Le 12 mai, une réunion importante s'était tenue au Château de Casteau, à cinq milles au nord-est de Mons. Sa Majesté le Roi des Belges, qui avait pris le commandement de l'armée belge, et son aide de camp et conseiller militaire en chef, le général Van Overstraeten, représentaient la Belgique. M. Daladier et les généraux Georges, Billotte et Champion — ce dernier était chef de la Mission militaire française à l'état-major de l'armée belge — représentaient la France. Le général Pownall, représentant Lord Gort, et le brigadier Swayne, chef de la mission militaire britannique au quartier général du général Georges, étaient présents pour le corps expéditionnaire britannique. L'objectif principal de la réunion était d'assurer la coordination sur le théâtre de guerre nord. L'armée belge se repliait sur une position à gauche du corps expéditionnaire britannique, agissant sous le commandement indépendant du roi. La 1re armée française, située à la droite du corps expéditionnaire britannique, faisait partie du 1er groupe d'armées français du général Billotte. Le corps expéditionnaire britannique, bien que sous le commandement du général Georges, n'était pas sous le général Billotte. Il était manifestement souhaitable que les opérations de toutes ces forces soient imbriquées, et lorsque le général Georges a demandé si le roi des Belges et Lord Gort seraient prêts à accepter la coordination par le général Billotte comme son représentant, le roi et le général Pownall parlant au nom de lord Gort. n'était pas sous les ordres du général Billotte.
Dorénavant donc, lord Gort devait demander au général Billotte les ordres du haut commandement français ; après cette rencontre, il n'espérait plus recevoir d'ordres directs du général Georges. Pour qu'un tel dispositif soit pleinement efficace, le « coordinateur » doit être capable d'apprécier la position des commandants qui se tournent vers lui, et de traduire les directives du Haut Commandement en ordres pratiques qu'ils peuvent exécuter. D'autre part, les commandants dont il doit coordonner les actions doivent avoir confiance en son jugement et être prêts à agir sur ses ordres. Dans ce cas, l'arrangement a fonctionné mais de manière hésitante, car aucune de ces conditions n'a jamais été entièrement remplie.

La percée allemande sur la Meuse détermina tout le déroulement de la campagne et en particulier les opérations du Corps expéditionnaire britannique. Il sera donc bon de voir comment il se fait que ce qui était considéré par le commandement français comme une position naturelle forte soit tombé si vite, pour comprendre pourquoi la défense a échoué et l'attaque a réussi presque sans interruption.

En premier lieu, la théorie française selon laquelle le pays des Ardennes était « impraticable pour les chars et impropre au déploiement de forces blindées considérables » s'est avérée erronée.
il y avait une planification minutieuse et une bonne organisation, le terrain n'offrait aucun obstacle sérieux à l'avance rapide de forces considérables, y compris de nombreuses divisions blindées. Compte tenu de ce fait et du fait qu'un mince écran, composé en grande partie de cavalerie à cheval et de chars légers, faisait l'opposition à l'avance de l'ennemi, il est facile de comprendre comment les forces mécanisées allemandes ont atteint le fleuve de manière si inattendue et si tôt.

Ils n'y trouvèrent, comme on l'a expliqué, qu'une faible opposition. Même si la 9e armée française avait eu le temps d'achever son avancée, elle aurait été encore bien plus faible que les forces que l'ennemi pouvait rapidement amener contre elle. Mais en fait, même ses unités de tête étaient à peine en position lorsque les Allemands atteignirent le fleuve. « Sur l'aile gauche de la 9e armée, la manière d'occuper la position fut changée plusieurs fois en deux jours par l'arrivée de divisions en échelon et par la juxtaposition de l'infanterie et de la cavalerie qui s'étaient retirées des Ardennes. Il en résulta une mauvaise liaison, un état embryonnaire d'organisation du terrain et une subordination défectueuse du commandement.

Dans le secteur de la 2e armée, le nouveau front n'était pas encore complètement organisé lorsque l'ennemi attaque à l'ouest de Sedan. "... malheureusement, le mouvement pour établir la position continuait, et la bataille devait commencer avant que l'état-major et les troupes ne soient familiarisés avec leurs nouvelles tâches." Comme les divisions de série B impliquées n'avaient «presque pas d'officiers réguliers» et n'avaient pas eu de contacts antérieurs avec l'ennemi, il n'est pas difficile de comprendre l'échec de la défense.

Mais la rapidité et le succès avec lesquels l'ennemi a exploité cette faiblesse et aussi remarquable. Une action vigoureuse les amena jusqu'à la Meuse dans la nuit du 12 au 13. L'infanterie utilisant des canots pneumatiques pour traverser la rivière a établi de petites têtes de pont dans la nuit, mais la première tentative de faire passer des blindés a été déjouée par les défenseurs. Une attaque complète a donc été ordonnée pour l'après-midi suivant, le bombardement préliminaire étant entrepris non pas par l'artillerie mais par les airs. C'était une expérience nouvelle pour les Alliés, et dans ce cas, elle a été totalement efficace. Les troupes en défense, leurs positions d'artillerie et leurs quartiers généraux étaient soumis à de lourds bombardements en piqué et son effet sur une partie des troupes était, selon la phrase délicate de l'historien français, « d'affaiblir les réactions nécessaires au combat ». Suivant rapidement, l'infanterie allemande agrandit les têtes de pont sur la rive ouest et poussa rapidement la construction de ponts pour permettre la traversée les blindés .
Car le principal effort allemand n'était pas dirigé sur la
plaine belge, où les forces alliées les plus puissantes du nord avaient été postées pour la rencontrer, mais à travers les Ardennes, où la neuvième armée plus faible devait défendre la Meuse. En fait, le plan allemand avait été radicalement modifié après le report de l'attaque initialement ordonnée en janvier. Jusqu'à cette date, l'appréciation française des intentions allemandes avait été correcte. Maintenant, c'était complètement faut. Les mesures de sécurité allemandes avaient réussi à dissimuler leurs intentions modifiées. La force de leurs forces totales avait été estimée assez précisément par les Alliés, mais leur nouveau groupement et le nouveau plan de leur déploiement n'avaient pas été découverts. On ne s'était pas rendu compte que la poussée principale devait être plus au sud. le groupe d'armées allemand B (colonel-général von Bock) face à la Hollande et à la plaine belge au nord de Liège n'avait reçu que vingt-huit divisions, dont trois blindées. Mais au sud de Liège, le groupe d'armées A (colonel-général von Rundstedt) face au Luxembourg et aux Ardennes comptait quarante-quatre divisions, dont sept blindées. Le groupe d'armées C (colonel-général Ritter von Leeb) face à la ligne Maginot de Longwy à la Suisse n'avait que dix-sept divisions et aucune blindée. Derrière les groupes d'armées attaquants, bien placés pour être utilisés en cas de besoin, se trouvait une réserve de quarante-cinq divisions, trois fois la taille de la réserve française mal placée. De plus, coopérant avec les deux groupes d'armées attaquants – A et B – étaient deux « flottes » de l'armée de l'air allemande, qui comptaient ensemble environ 3 700 avions lorsque l'offensive a commencé.

L'évolution du nouveau plan allemand etait décidé ,Mais ni le changement de plan ni les dispositions qui en découlent n'étaient connus à cette époque. Tout ce que l'on savait, c'est que quatre jours après le début de la bataille, une avance allemande à travers les Ardennes avait jusqu'ici réussi à ce que des unités de tête traversaient déjà la Meuse. S'ils n'étaient pas arrêtés, la position alliée sur la Dyle serait bientôt débordée et, tandis que les divisions avancées britanniques concentraient leur attention sur leur front immédiat, Lord Gort devait déjà regarder par-dessus son épaule droite ce qui se passait dans le sud. Les nouvelles de là-bas allèrent de mal en pis. Le 14 mai, selon les mots du commandant Lyet, « La position de la Meuse est forcée sur un front d'une vingtaine de kilomètres. Pour rétablir la position, nous avons travaillé toute la journée pour monter une contre-attaque vers Dinant mais… la contre-attaque n'a pas pu être lancée. « La situation était très grave, car la désorganisation complète de nos divisions en déroute semblait n'offrir aucun espoir de leur réhabilitation. Face à la brèche, dans laquelle se déversaient environ 500 chars allemands,
les réserves étaient infinitésimales... quant aux réserves que le général Georges envoyait au centre névralgique, elles ne seraient pas en mesure d'intervenir avant plusieurs jours.

Car, à mesure que les attaques allemandes contre les aérodromes diminuaient, leurs attaques contre les communications derrière le front allié augmentaient en intensité et avec des résultats significatifs. La plupart des transports routiers mécaniques de l'armée française avaient été affectés à leurs première et septième armées; pour déplacer les réserves qui étaient stationnées au sud de l'Aisne, ils se sont appuyés principalement sur les transports hippomobiles lents ou sur le système ferroviaire. Au cours de ces premiers jours, celle-ci avait été interrompue à tant de points cruciaux que les réparations ne pouvaient suivre le rythme des dégâts, et que le mouvement des troupes vers la zone de bataille ou dans le but de contre-attaquer devenait une affaire lente, détournée et précaire. . La 9e armée et la 2e armée cherchaient à maintenir le contact mais « ce front provisoire n'avait aucune cohésion le 14 au matin. Les unités de deux armées étaient mêlées, la liaison était mauvaise. Aucun commandant n'a coordonné l'ensemble ». Et « Sur la rive sud de la Meuse, les bataillons de l'extrême droite de la 9e armée ont été successivement « débordés » à partir de leur droite.

Pendant ce temps, le corps de cavalerie française, devant la 1re armée française à cheval sur la brèche de Gembloux, était fortement engagé et progressivement repoussé, combattant durement, jusqu'à ce que la position principale détenue par l'infanterie soit atteinte. À un moment donné, l'ennemi a bien pénétré, mais une contre-attaque a rétabli la position. Le 12e Lanciers et les autres unités de cavalerie devant le secteur britannique se replient en conformité avec les Français sur leur droite et au cours du 14e traversent la Dyle. Les avant-postes d'infanterie sur la rive est du fleuve furent en même temps retirés et les ponts détruits à mesure que l'ennemi approchait de notre position principale. Dans l'après-midi du 14, nous étions en contact sur tout notre front.

Le journal de guerre du groupe d'armées B Von Bock rapporte que la sixième armée avait été informée qu'il était de la plus haute importance « de percer la position ennemie entre Louvain et Namur afin d'empêcher les forces françaises et belges de s'établir dans cette position ». Ils s'empressèrent d'essayer mais notre artillerie (qui joua un grand rôle tout au long de la campagne) était déjà disposée en profondeur et la concentration qu'ils déployèrent en fin d'après-midi fit reculer l'ennemi ; Vers sept heures du soir, cependant, ils firent la première d'une série de tentatives pour s'emparer de Louvain où la 3e division du major-général BK Montgomery tenait le front. Le 2e Royal Ulster Rifles les repoussa, mais les postes avancés du 1er Grenadier Guards sur la rive est furent contraints de reculer jusqu'à la ligne de la rivière.

Tout au long de la journée suivante, le 15 mai, les attaques reprirent sur tout le front britannique, le IVe corps allemand attaquant dans le secteur de la 2e division près de Wavre et leur XIe corps la 3e division en action à Louvain. Les combats ont commencé sur le front de la 2e division au cours de la matinée, où des éléments de la 31e division allemande ont effectué une petite pénétration à travers la Dyle dans le secteur tenu par la 6e brigade. Cela a été éclairci dans l'après-midi par une contre-attaque,


DYLE FRONT
Dispositions britanniques 15 mai 1940
(a) Infanterie
Réserve divisionnaire IIe Corps 4 Division
3e division
2e E. Yorkshire
4e R. Berkshire
1er Suffolk
1er Coldstream Gds
2nd Grenadier Gds
1er Grenadier Gds
2e R. Ulster Rifles
2e Lincolnshire
1er KOSB
I Corps 1 division
2e Coldstream Gds
2e Hampshire
3e Grenadier Gds 2
2e N. Staffordshire
6e Gordons
1er Loyal Regt
1er duc de Wellington's
2e forestiers
1er K. Shropshire LI
Division 2
1er Camerons
7e Worcestershire
2e Dorsetshire
1er R. Welch Fusiliers
1er R. Berkshire
2e Durham LI
1er/8e Lancs Fusiliers
2e R. Norfolk
1er R. Écossais

48 Division
Corps blindé royal, artillerie et mitrailleuses
GQG et troupes de corps
Artillerie divisionnaire et mitrailleuses attachées
IIe Corps
5th R. Inniskilling Dragoon Gds
15th/19th King's R. Hussars
2nd R. Horse Artillery
2nd Medium Regt
53rd Medium Regt
88th Army Field Regt
59th Medium Regt
53rd Lt. Anti-Aircraft Regt
8th Middlesex (MG)
4th Gordons (MG)
3e division
33e Régiment de campagne
7e Régiment de campagne
76e Régiment de campagne
20e Régiment antichar
1er/7e Middlesex (MG)
2e Middlesex (MG)
I Corps
12th R. Lancers
13th/18th R. Hussars
4th/7th R. Dragoon Gds
1st Army Tank Bde
1st Medium Regt
140th Army Field Regt
3rd Medium Regt
1er Heavy Regt
98th Army Field Regt
5th Medium Regt
61st Medium Regt
63rd Medium Regt
52nd Lt. Régiment antiaérien
4e Cheshire (MG)
6e Argyll & Sutherland (MG)
1 division
67th Field Regt
2nd Field Regt
19th Field Regt
21st Anti-Tank Regt
2nd Cheshire (MG)

Division 2
99th Field Regt
16th Field Regt
10th Field Regt
13th Anti-Tank Regt
2nd Manchester (MG).


Dispositions du BEF le 15 mai 1940 à midi
le 1st Royal Welch Fusiliers et le 2nd Durham Light Infantry étant principalement impliqués dans des combats qui se sont poursuivis tout au long de la journée. Le sous-lieutenant RW Annand du Durham Light Infantry a reçu la Croix de Victoria pour sa bravoure dans cette action. Une nouvelle tentative de prendre Louvain à la 3e division avait commencé plus tôt, précédée d'un bombardement de deux heures de la zone au nord de la ville tenue par la 9e brigade et la 7e brigade de la garde. Ici, un enchevêtrement de voies ferrées et de voies d'évitement, de dépôts de marchandises, de hangars et d'entrepôts en faisait une zone difficile à préserver inviolée. Des unités de deux divisions allemandes réussirent pendant un certain temps à repousser certains postes du 2e Royal Ulster Rifles, mais une contre-attaque du 1er King's Own Scottish Borderers rétablit la position et chassa l'ennemi des gares de triage.


Mais là aussi une contre-attaque à laquelle participent des chars légers du 5th Royal Inniskilling Dragoon Guards chasse l'ennemi et rétablit complètement le front. Tous les autres assauts ont été repoussés avec succès. La sixième armée allemande a signalé au groupe d'armées B qu'elle n'avait à aucun moment réussi à pénétrer les défenses de la Dyle.

Dans l'après-midi, on apprit que la 1re armée française sur notre droite immédiate avait été fortement engagée et qu'une brèche de 5 000 verges avait été faite sur leur front où il n'y avait aucune protection fluviale. Lord Gort, qui avait établi son poste de commandement à Lenneck St Quentin, à l'ouest de Bruxelles, proposa de prêter au général Billotte une brigade de la 48e division, alors en réserve du 1er corps, pour aider à rétablir la situation. Mais le commandant français a décidé de retirer la 1re armée sur une ligne entre Châtelet et Ottignies, et le I Corps britannique a dû se conformer en reculant sa droite de Rhode St Agathe le long de la ligne de la rivière Lasne pour rejoindre les Français dans leur nouveau poste. Le secteur Wavre de la Dyle est évacué dans la nuit du 15 au 16 sous le couvert de tirs d'artillerie impitoyables sur les troupes ennemies qui avancent.

Pendant que cet ajustement s'effectuait dans le secteur droit ou sud de notre front, le IIe Corps stationna la 4e Division en position défensive derrière notre flanc gauche, avec deux brigades sur la route entre Nosseghem et Grimberghen et la troisième en position médiane derrière elles. près de Wemmel. La 5e division dans les réserves du GQG se dirigeait vers la Senne, devant maintenant endiguer un flot presque écrasant de réfugiés affluant vers l'ouest. La 50e Division était sur la Dendre : les 42e et 44e travaillaient aux défenses de l'Escaut.

Au nord, la catastrophe s'était abattue sur la Hollande. Les troupes qui avaient percé ses frontières ou débarqué du ciel n'étaient pas, à la vérité, numériquement supérieures à celles de la Hollande, mais l'ennemi avait deux avantages décisifs. Alors que l'armée néerlandaise avait de vastes positions à défendre et était dans une large mesure rendue immobile par la nature même de sa tâche, l'ennemi était libre de concentrer ses forces sur des points de son choix ; et il avait une force aérienne et des blindés contre lesquels la Hollande n'avait aucune défense efficace. Une position après l'autre a été tournée et l'ennemi a décidé de mettre fin à la campagne par une démonstration écrasante de la puissance aérienne allemande. Rotterdam a donc été bombardée jusqu'à ce que la majeure partie du cœur des affaires de la ville soit en ruines. La 7e armée française avait rempli le rôle qui lui était imparti. Il se déplaçait à toute vitesse à travers la Belgique dans le but de soutenir les forces belges et néerlandaises à l'embouchure de l'Escaut. Mais là, il avait subi de lourdes pertes, était à court de munitions et n'avait pas réussi (comment le pourrait-il ?) à influer matériellement sur l'issue des combats en Hollande. Le 14 mai,
Le commandant de l'armée néerlandaise a donné l'ordre de cesser le feu. En cinq jours, la Hollande avait été conquise.

Trois jours auparavant, un bataillon composite, formé à la hâte du 2e Irish Guards et d'une compagnie du 2e Welsh Guards, engagé en formation près de Camberley, avait été envoyé à The Hook pour coopérer avec le commandant local dans des opérations destinées à protéger le gouvernement néerlandais. et rétablir la position à La Haye ; mais au cas où le gouvernement évacuerait La Haye, le bataillon devait se retirer à The Hook pour un réembarquement. Ils constatèrent à leur arrivée qu'aucune opération locale n'était en cours et que la position à La Haye était obscure. Jusqu'à ce que la situation devienne plus claire, ils ont pris une position défensive autour de The Hook. Là, ils ont été bombardés à plusieurs reprises et ont vu des troupes de parachutistes débarquer au loin, mais il n'y avait aucune troupe ennemie à proximité. Le 14 mai, lorsqu'il devint clair que la résistance hollandaise était presque terminée, le bataillon fut rembarqué sur ordre du cabinet. La mission militaire britannique au quartier général de l'armée néerlandaise est revenue avec eux.

Il suffirait de mentionner ainsi brièvement un épisode qui n'a eu que peu de signification militaire et aucune influence directe sur le déroulement de la campagne terrestre, si ce n'était le fait qu'il se situait dans une série d'opérations navales de plus grande envergure, plus longues. durée et une importance plus durable. Dès octobre 1939, lorsqu'une attaque contre les Pays-Bas était menacée pour la première fois, l'Amirauté avait préparé des plans d'opérations au large des côtes hollandaises et belges. Leur objectif dans un tel cas serait de dégager les navires alliés des ports menacés ; ramener chez eux des diplomates et d'autres personnages importants ; empêcher que les ports hollandais ou belges ne soient capturés par l'ennemi avec leurs installations et leurs réserves de pétrole intactes ; et enfin établir un champ de mines défensif au large des côtes néerlandaises afin d'entraver les mouvements côtiers des navires de surface ennemis. L'amiral Sir Reginald Plunkett-Ernle-Erle-Drax, commandant en chef Le Nore devait être en charge de toutes ces opérations à l'exception des démolitions portuaires, qui seraient la responsabilité du vice-amiral Sir Bertram H. Ramsay, officier général commandant Douvres . Les opérations impliqueraient un nombre considérable de navires de guerre et, bien qu'au moment où l'invasion des Pays-Bas par l'ennemi commença réellement, les pertes et les dommages infligés à la flotte allemande lors de la campagne de Norvège eurent rendu peu probable que nos navires soient engagés par des navires de surface, ils étaient susceptibles d'être attaqués par des sous-marins et certains d'être attaqués par les airs. Quand donc, dans la première semaine de mai, la Galatée et l' Aréthuse du
2e escadron de croiseurs, le croiseur Birmingham et huit destroyers des 2e et 5e flottilles. Tous ceux-ci provenaient de la Home Fleet et étaient stationnés à Harwich. Comme on craignait que la Hollande ne puisse longtemps résister à un assaut allemand, tout était prêt lorsque la campagne s'ouvrit le 10 mai.
Ce jour-là, le mouilleur de mines la princesse Victoria et la 20e flottille (de pose de mines) a navigué pour poser le champ de mines défensif au large des côtes néerlandaises; des croiseurs se sont rendus à Ijmuiden pour emporter (par arrangement préalable) les réserves d'or et de diamants néerlandais et pour débarrasser le port de la marine marchande; et quatre destroyers ont navigué vers Ijmuiden, Flushing, The Hook et Anvers avec des équipes de démolition comprenant des éléments militaires pour aider à la destruction d'importants stocks de pétrole dans ou à proximité de ces ports. Des renforts de flottilles ont été commandés par l'Amirauté au commandement de Nore et à Douvres. La mission militaire britannique au quartier général de l'armée néerlandaise a également été débarquée à Flushing.

Le 11 mai, l' Arethusa et deux destroyers escortèrent en Angleterre deux navires marchands transportant de l'or et des diamants. À ce moment-là, il était déjà clair que la situation sur terre empirait rapidement et une garde de la Royal Marine a été envoyée à la hâte dans deux destroyers pour assurer la sécurité des équipes de démolition, suivie peu après par le bataillon de gardes composites dont le court séjour à The Hook a été enregistré ci-dessus. Le 12, le destroyer leader Codrington alla chercher la princesse héritière et sa famille à Ijmuiden et le 13, le Hereward amené en Angleterre Sa Majesté la reine Wilhelmine et sa suite et Sir Neville Bland, ministre britannique aux Pays-Bas. Plus tard dans la journée, des membres du gouvernement néerlandais et des états-majors de la légation alliée ont navigué à bord du destroyer Windsor . Le 14, les destroyers ramenèrent le bataillon de la Garde.

Pendant ces quatre jours mouvementés, où la rumeur courait et les nouvelles incertaines, les équipes de démolition qui avaient été débarquées ont eu du mal, car les autorités néerlandaises n'étaient pas au départ convaincues que les mesures drastiques que nous proposions étaient immédiatement nécessaires. Finalement, ceux d'Amsterdam, de Flushing, de Rotterdam et de Hook ont ​​convenu que le moment de la destruction des stocks de pétrole était venu et que de grandes quantités ont été détruites ou rendues inutiles dans les quatre centres. Quelques démolitions ont également été effectuées dans les ports, mais seul Ijmuiden, avec la coopération efficace du commandant de la forteresse néerlandaise, a été bloqué efficacement. A d'autres endroits, les retards imposés au début des préparatifs empêchèrent l'achèvement des travaux, bien que certains navires et groupes à terre restèrent jusqu'au 17, soit deux jours après le cessez-le-feu hollandais.

Pendant tout ce temps, les avions ennemis étaient occupés à bombarder et à semer des mines, et nos destroyers et nos dragueurs de mines ont effectué leurs tâches ardues dans les eaux infestées de mines sous une attaque aérienne presque continue. Une certaine couverture aérienne était assurée par les Blenheims et les Hurricanes de la La Royal Air Force volant depuis l'Angleterre, mais les premier n'avait pas assez de vitesse pour intercepter les bombardiers en piqué ennemis et les second ne pouvait pas rester en l'air assez longtemps pour assurer une protection plus que brève. Les destroyers étaient presque sans cesse en action et tant qu'ils avaient de l'espace pour manœuvrer, les pertes étaient évitées, mais dans les approches étroites et les eaux confinées des ports, l'autodéfense était inévitablement handicapée. Les destroyers Winchester et Westminster ont été sérieusement endommagés et le Valentine a été perdu. Lorsque ces opérations au large des côtes néerlandaises ont été achevées, cependant, il était clair que les réalisations avaient largement compensé le coût. La navigation alliée, qui était de grande valeur, avait été sécurisée ; la famille royale et le gouvernement néerlandais avaient été transférés en Angleterre ; des réserves d'or et de diamants avaient été placés hors de portée de l'ennemi ; d'importants stocks de pétrole lui avaient été refusés ; et quelque chose avait été fait pour retarder sa pleine utilisation immédiate des ports hollandais et des installations portuaires. Les seuls navires de la marine royale néerlandaise qui étaient stationnés dans les ports d'attache à cette époque - un croiseur, un destroyer et deux sous-marins - s'étaient également déplacés en toute sécurité vers les ports anglais.

Même si l'on espérait que l'assaut de l'ennemi sur la Belgique pourrait être tenu, il semblait prudent de se préparer à la perte éventuelle d'Anvers. Dès l'ouverture de l'offensive allemande le 10 mai, le destroyer Brilliant avait navigué pour Anvers avec des équipes navales et militaires pour aider les navires alliés et se préparer aux démolitions et à la destruction du pétrole. Le 14 à midi, vingt-six navires marchands alliés, cinquante remorqueurs et six cents barges, dragues et grues flottantes avaient été dédouanés pour l'Angleterre. Des démolitions sont préparées, mais le roi Léopold interdit l'exécution des plus importantes jusqu'à ce que la situation menaçante du 17 mai apporte son accord. Puis 150 000 tonnes de pétrole ont été rendues inutilisables et les entrées des quais et des bassins ont été bloquées. Mais beaucoup de choses qui auraient déconcerté l'ennemi (et étaient donc souhaitables du point de vue britannique) devaient être laissées de côté. Les opérations navales au large de la côte belge plus à l'ouest ont atteint leur apogée plus tard; il vaudra mieux les décrire dans l'ordre qui leur est dû au fur et à mesure que l'histoire de la campagne se déroule.

Une forme d'opération inhabituelle, l'opération « Royal Marine », avait été préparée pendant l'hiver. Il a été conçu pour endommager le trafic intense de barges et autres transports par eau utilisant certains des principaux fleuves allemands. Des mines flottantes devaient être lancées dans ces rivières depuis les affluents et depuis les airs. La première était une opération navale, menée par les Royal Marines sous le commandement du commandant GRS Wellby, RN. Elle a commencé dès le début de l'attaque allemande et le 24 mai, plus de 2 300 mines flottantes avaient été déversées dans le Rhin, la Moselle et la Meuse. La deuxième méthode n'a été utilisée par la Royal Air Force que dans les derniers jours de la campagne


puis à petite échelle. Il existe des preuves que des dommages ont été infligés à l'ennemi, mais leur étendue n'a pas pu être déterminée avec précision dans les circonstances qui existaient alors. plus tard dans la guerre, des méthodes similaires ont été utilisées avec un grand effet.

En attendant, qu'en est-il de la position dans les airs ?
Le fait que nos chasseurs ont joué un rôle important en gardant les forces aériennes ennemies à l'écart de la zone à travers laquelle le Corps expéditionnaire britannique avançait a déjà été noté. Les chasseurs de la Composante Aérienne, renforcés de deux escadrons supplémentaires le premier jour de la bataille et de trente-deux avions supplémentaires et leurs pilotes trois jours plus tard, volent sans repos, tout comme les trois escadrons de chasse de l'Advanced Air Striking Force. Pour ces derniers, la première tâche était de protéger les aérodromes que nous utilisions et le fait qu'un seul aérodrome ait subi de graves dommages est la preuve de leur succès dans cette tâche. Leur deuxième tâche était de fournir une couverture de combat sur les cibles attaquées par nos bombardiers. On verra maintenant ce que cela impliquait et on se rendra compte à quel point les chances étaient contre eux. Ils n'avaient pas la force requise pour réussir pleinement, mais sans se laisser décourager par la supériorité numérique de l'ennemi, sans se laisser décourager par leur propre fatigue, les combattants des deux forces sont montés à maintes reprises pour se disputer le poste de maître de l'air sur les zones qu'ils s'étaient engagés à défendre. Ils ont perdu lourdement - les trois escadrons de la Force de frappe aérienne ont perdu vingt avions et la composante aérienne quarante et un au cours des six premiers jours - mais ils ont abattu un grand nombre d'ennemis. Nos pilotes de chasse se sont prouvés qu'en compétence et en qualité d'avion qu'ils pilotaient, étaient plus que dignes de l'armée de l'air allemande.

Les bombardiers de la Composante Aérienne et de l'Advanced Air Striking Force avaient dans le même temps subi sans hésitation des pertes encore plus lourdes. Le récit détaillé de leurs actions en fait une lecture splendide mais triste. IL n'est possible que de les décrire dans leurs grandes lignes, de les illustrer par quelques exemples, et d'estimer leurs résultats. Conformément aux plans préétablis, ces bombardiers moyens étaient principalement engagés dans des attaques contre les colonnes ennemies, les concentrations et les communications derrière le front ennemi. Ils découvrirent bientôt que de telles cibles étaient fortement gardées à haut niveau par un grand nombre de chasseurs et à bas niveau par de l'artillerie antiaérienne à tir rapide et des mitrailleuses. Nos forces de chasse n'étaient pas assez puissantes pour contester avec succès la maîtrise aérienne de l'ennemi sur ses propres positions, donc nos bombardiers sont principalement allés attaquer à basse altitude, se fier à la vitesse et à la surprise pour les sauver de la défense au sol. Mais leur vitesse n'était pas assez grande et la défense de l'ennemi était trop forte pour leur donner plus qu'une chance extérieure de revenir indemne, voire pas du tout, de telles sorties.


Ainsi, le 10 mai, quatre vagues, chacune des huit Battles, attaquèrent successivement les colonnes allemandes avançant à travers le Luxembourg en France sous le couvert d'importantes forces de chasse. Six de nos chasseurs sont montés dans un effort pour dégager la voie tandis que trente-deux des Escadrons nos 12, 103, 105, 142, 150, 218 et 226 attaquaient à basse altitude malgré des tirs nourris au sol. Treize ont été abattus et tous les dix-neuf restants ont été endommagés. Le 11 mai, huit Battles of No. 218 Squadron montèrent pour attaquer une colonne ennemie aux frontières de l'Allemagne. L'un est retourné, très endommagé. Il rapporta qu'un de ses camarades avait fait un débarquement forcé en France ; il savait que deux autres avaient été abattus ; des quatre autres, il n'y avait aucune nouvelle du tout. Le 12 mai, une action marquante fut l'attaque des ponts près de Maastricht, sur laquelle l'ennemi s'avançait en Belgique. Les ponts et les colonnes qui avançaient avaient été attaqués la veille par des bombardiers britanniques et français, apparemment avec peu de succès. C'était, bien sûr, une zone de première importance pour l'ennemi, car c'était sa principale porte d'entrée vers le centre de la Belgique ; en tant que tel, il était fortement protégé par ses combattants et sa défense au sol. Sachant cela, le maréchal de l'air Barratt a ordonné que les équipages des avions attaquants soient des volontaires. On a demandé des volontaires à l'escadron n°12 et tout l'escadron s'est porté volontaire. Ainsi, six équipages ont été tirés au sort, bien qu'en fin de compte, seuls cinq aient été effectivement employés ; pour se couvrir, ils ont reçu deux escadrons de chasseurs de la composante aérienne et dix Hurricanes de l'Advanced Air Striking Force. Mais ceux-ci n'étaient, bien sûr, aucune protection contre les défenses terrestres. des cinq avions de l attaque. L'un est revenu à gravement endommagé le pilote a ordonné à l'équipage a sauter au-dessus de la Belgique; lui seul l'a ramené à la maison. Du reste, rien de plus n'a été appris – ou n'a été appris depuis. Les preuves du pilote survivant et d'autres enregistrements contemporains sont quelque peu vagues et un peu contradictoires. Mais il ne fait aucun doute que ces cinq équipages se sont précipités sciemment dans un enfer de feu ennemi et ont poussé leur attaque suicidaire à son terme inévitable. Le pilote et le navigateur de l'avion qui a mené l'attaque, le Flying Officer DE Garland et le Sergent T. Gray, ont chacun reçu à titre posthume la Victoria Cross, la première à être décernée dans la campagne. Le journal de guerre allemand du XVIe corps enregistre que le 11 mai, les ponts de Maastricht et les volumes de marche de la 4e division blindée ' sont attaqués séparément par des bombardiers ennemis. Des retards considérables en résultent. Le journal de guerre du XI Corps du général Guderian note le 13 que « l'activité des combattants ennemis est exceptionnellement vigoureuse ; dans la soirée, l'ennemi a mené des attaques aériennes répétées contre les points de passage et, ce faisant, subit de lourdes pertes" et ajoute
« Les demandes répétées d'une protection accrue des combattants sont sans succès apparent ».
Le troisième jour des hostilités, l'état-major français a exprimé son appréciation des attaques de nos bombes contre les forces allemandes dans la région de Bouillon et a estimé que celles-ci « avaient stoppé l'avance allemande et sauvé une situation grave ». Mais il est vite devenu évident que, en prenant nos opérations aériennes pour un certain temps, c'était une estimation trop généreuse. Leurs effets ne peuvent pas être mesurés avec précision. Certes, ils ont causé un certain retard dans le passage précoce de la Meuse, à la fois à Maastricht et plus au sud, mais cela n'a pas été suffisant pour affecter de manière significative le cours de la bataille. Et quelle que soit la valeur attachée aux opérations aériennes dans les premiers jours de la campagne, les chiffres donnés continuaient, il n'y aurait bientôt plus de bombardiers.

Lors des opérations du 14 mai, auxquelles l'armée de l'air française a également participé, six Blenheim ont bombardé les communications routières et ferroviaires et deux colonnes ennemies près de Breda en Hollande pour soulager la 7e armée française, ont repoussé un chasseur ennemi, échappé au terrain lourd feu, et revint sans perte. Il sembla d'abord que la chance avait tourné, car à neuf heures du matin, dix sorties avaient également été effectuées par des bombardiers de l'Advanced Air Striking Force contre les ponts flottants ennemis près de Sedan et tous étaient revenus. Mais à midi, il y eut de graves nouvelles de la même région, où l'ennemi avait considérablement agrandi sa tête de pont. Le général Gamelin et le général Georges ont tous deux demandé au maréchal de l'air Barratt le maximum de soutien, ce qui leur a été rapidement accordé. Les Battles et Blenheims des n°71, Les 75 et 76 Wings attaquèrent par vagues successives malgré la forte opposition des chasseurs ennemis et la défense au sol. Le coût de cet effort concentré peut être mieux représenté en chiffres simples.

No. 76 Wing
12e Escadron . Sur cinq batailles envoyées contre les colonnes ennemies, quatre ont été perdues.
No. 142 Escadron . Sur huit Battles attaquant les ponts, quatre ont été perdus.
Escadron n° 226 . Sur six Battles attaquant également des ponts, trois ont été perdus.


71e Escadre
No 105 Escadron . Sur onze Battles qui ont attaqué les ponts, six ont été perdues.
No. 150 Escadron . Sur quatre Battles attaquant également des ponts, quatre ont été perdues.
Escadron n° 114 . Des deux Blenheim qui attaquèrent les colonnes, une fut perdue.
139e Escadron . Sur six Blenheim (pilotés par les équipages de l'escadron n° 114) contre les colonnes ennemies, quatre ont été perdus.

75e Escadre
No 88 Escadron . Des dix Battles qui ont attaqué des ponts et des colonnes, un a été perdu.
No 103 Escadron . Sur huit Battles envoyées contre les ponts, trois ont été perdu.
Escadron n° 218 . Sur onze Battles attaquant des ponts et des colonnes, dix ont été perdus.
Cinquante-six pour cent des soixante et onze bombardiers employés ont été perdus au combat cet après-midi-là.
Dans de tels résultats sont difficiles à déterminer. Aucune preuve photographique n'a pu être obtenue. Mais le résumé de la situation du journal de guerre du XIX corps allemand à 20 heures note que «l'achèvement du pont militaire à Donchery n'avait pas encore été réalisé en raison des tirs d'artillerie de flanc et de longs bombardements sur le point de pontage… Tout au long de la journée, les trois divisions ont dû subir des attaques aériennes constantes, en particulier aux points de passage et de pont. Notre couverture de chasseur est inadéquate. Les demandes [pour une protection accrue des combattants] sont toujours infructueuses. Et le résumé de la Luftwaffe comprend une note d'« activité vigoureuse des chasseurs ennemis par laquelle notre reconnaissance rapprochée en particulier est gravement entravée ». Il est clair d'après les maigres archives qu'il reste que la protection des chasseurs disponible a été donnée à nos bombardiers, mais qu'elle était insuffisante pour couvrir soixante et onze bombardiers contre la force de l'opposition allemande sur la zone cible. Plus tard dans la soirée, vingt-huit bombardiers, Blenheims du Bomber Command, ont attaqué avec une protection renforcée des chasseurs. Cinq ont été perdus et deux autres ont effectué des atterrissages forcés en France. Au total, sur les 109 Battles et Blenheim qui avaient attaqué les colonnes et les communications ennemies dans la région de Sedan, quarante-cinq avaient été perdus, et l'impossibilité de poursuivre de telles attaques de jour semblait prouvée. Le 15 mai, les bombardements diurnes ont été interrompus. Seuls vingt-huit avions ont été utilisés et seulement quatre ne sont pas revenus. Mais le journal de guerre du XIX corps allemand dit '20

Les Lysander et Blenheim de la Composante Aérienne et
l'escadron (n°212) de Spitfires spécialement équipés pour la reconnaissance photographique était continuellement engagé à la fois en observation tactique et stratégique. Le 15 mai, la densité du trafic de réfugiés affluant régulièrement vers l'ouest était un thème récurrent dans leurs rapports sur les mouvements ennemis. À un moment donné, les transports ennemis sur des routes de vingt à trente milles à l'est de Louvain et de Wavre semblaient pratiquement bloqués par le cortège civil dense.

Compte tenu des lourdes pertes de jour, les batailles de l'Advanced Air Striking Force ont été le 15 mai passées à des bombardements de nuit dans la région de Sedan et, bien que les résultats puissent être de nuit si efficaces ni si bien observés, le changement a été justifié par le fait que tous sont revenus sains et saufs.

Mais la nuit du 15 au 16 mai est surtout mémorable dans l'histoire de l'armée de l'air comme la première au cours de laquelle la Royal Air Force a attaqué des objectifs industriels allemands dans la Ruhr. le gouvernement britannique, en partie pour se conformer à la politique française, mais aussi parce qu'ils étaient eux-mêmes déterminés à ne pas risquer d'infliger des pertes civiles tant que les Allemands observeraient une retenue similaire. le bombardement impitoyable de Rotterdam le 14 mai montra cependant qu'aucun respect pour le principe humanitaire n'influençait la politique allemande. Leur action était dictée uniquement par la commodité militaire, et si tel devait être le critère, il n'était pas impératif de détourner la Luftwaffe, si possible, de sa concentration sur la France et la Belgique. Même s'il pouvait en résulter des pertes civiles, il a été calculé qu'une attaque britannique contre des objectifs vitaux dans la Ruhr inciterait l'ennemi à porter une partie de son attention sur cette zone et affaiblirait ainsi son attaque contre la France et la Belgique.

Au cours de cette première nuit, soixante-dix-huit bombardiers lourds furent dirigés depuis l'Angleterre contre des cibles pétrolières, neuf contre des hauts fourneaux et des aciéries, et neuf contre des gares de triage ; tous ont été donnés comme objectifs secondaires des cibles auto-éclairantes telles que les fours à coke et les hauts fourneaux et, en dernier recours, les gares de triage. Seize n'ont réussi à localiser aucune cible et ont ramené leurs bombes à la maison ; seulement vingt-quatre zones petrolieres ont été trouvées, dont certaines auraient été laissées en feu férocement. Les autres devaient se contenter de gares de triage. Mais tous rentrèrent sains et saufs, ce qui augure bien pour l'avenir et pour la conservation vitale de la puissance aérienne britannique.

Le 14 mai, M. Paul Reynaud lance un appel à des forces de chasse plus fortes, affirmant que « si nous voulons gagner cette bataille, qui pourrait être décisive pour toute la guerre, il faut envoyer immédiatement, si possible aujourd'hui, dix escadrons supplémentaires » . Lord Gort et l'Air Marshal Barratt ont lancé des appels tout aussi urgents pour que des escadrons supplémentaires protègent nos propres bombardiers, aérodromes et troupes. Mais en Angleterre, l'attente que les attaques aériennes allemandes seraient bientôt dirigées contre ce pays renforça l'opposition inébranlable de l'Air Chief Marshal Sir Hugh Dowding (Air Officer Commanding-in-Chief, Fighter Command) à l'envoi d'autres escadrons de chasse en France. Déjà, à son avis, tant de personnes avaient été envoyées que la défense nationale était menacée, et après avoir entendu son argument, le Cabinet de guerre a décidé de ne pas envoyer d'escadrons supplémentaires pour le moment, bien qu'il ait ordonné des mesures préparatoires pour l'envoi rapide de dix escadrons au cas où il devrait être décidé de les envoyer plus tard.

Pendant ce temps, la lutte en zone de bataille, nos petites patrouilles affrontaient des forces ennemies de vingt à trente bombardiers protégés par un grand nombre de chasseurs, et la Composante Aérienne et la Force Aérienne de Frappe Avancée le 15 mai ils ont perdu vingt chasseurs dans les zones avancées et sur les tâche de garder leurs propres aérodromes, dont certains étaient maintenant menacés par l'avancée de l'armée ennemie.

Il n'est pas possible d'affirmer avec certitude le nombre d'avions ennemis détruits par la Royal Air Force en ces six jours. Un rapport quotidien a été publié par le quartier-maître général du ministère allemand de l'Air. Il ne montre pas si des avions ont été perdus à cause de l'action des avions britanniques ou français ou du feu des défenses au sol, mais ses totaux sont probablement exacts, car c'est sur la base de ce retour que les remplacements pouvaient être réclamés. Le total des pertes aériennes allemandes en opérations, comme le montre le bilan de ces six premiers jours de campagne, s'élève à 539 avions détruits et 137 endommagés en opérations au-dessus de la France et des Pays-Bas.

Les pertes britanniques dans les mêmes jours étaient de 248, y compris tous les avions qui ne sont pas revenus des opérations ou ont été détruits au sol, et ceux endommagés et irrécupérables dans les circonstances de la campagne.

Juste avant minuit le 15 mai, les unités les plus au nord de l'Advanced Air Strike Force ont reçu l'ordre de se déplacer vers des aérodromes plus au sud, et une heure et demie plus tard, le maréchal de l'Air Barratt a fermé son quartier général avancé à Chauny et est retourné au quartier général principal de Coulommiers.

Le 10 mai, le gouvernement de M. Chamberlain avait démissionné et un gouvernement national avait été formé par M. Winston Churchill. Les partis conservateur, libéral et travailliste étaient tous représentés, les divergences d'opinion et les loyautés conflictuelles étant, selon l'expression de M. Churchill, « tous noyés par la canonnade ». Dans le nouveau gouvernement, M. Churchill n'était pas seulement Premier ministre et Premier Lord du Trésor, mais aussi ministre de la Défense. MAV Alexander est devenu Premier Lord de l'Amirauté, M. Anthony Eden Secrétaire d'État à la Guerre et Sir Archibald Sinclair Secrétaire d'État à l'Air.

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 14/12/2021 @ 10:03
Catégorie : Histoire

Recherche


Google

Sur ce site



LE BAR DU 350SQN
Cliquez sur l'insigne ..

NewsLetter


Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Calendrier


<< Décembre  2022 >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
28 29 30 01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 01

Sondage


Que pensez-vous de ce Site ?

Bien

Bof ...

Rien

Résultats

Retour début de page





Page générée en 0,043 secondes