vvjack.be/PORTAIL

banniere2.gif

Dimanche 27 mai 2018

Index

Nouvelles

Photos

Chants

Pilotes Belges

350 (DIA)

Vera Lynn

350 (1)

350 (2)

Hist 350Sqn

Spits 350

Liens

Forum RHA

 

Articles


-Décés de Mike Donnet

609 Squadron Photos

A ** RAF Squadrons **

Achtung Typhoons

Aviateurs inhumés sur la Pelouse d'Honneur a Bruxelles.

Avions "DUXFORD"

Avions Belges

Avions Belges 1940 (Fairey Battle MK1)

Avions Belges 1940 (Fairey Firefly et Fox)

Avions Belges 1940 (Fiat CR42 Falco)

Avions Belges 1940 (Gloster Gladiator Mk. 1)

Avions Belges 1940 (Hawker Hurricane MK1)

Avions Belges 1940 (Morane Saulnier 236)

Avions Belges 1940 (Renard R31)

Belges Du Vivier (Premier Squad Leader RAF)

Belges (Ambiorix en Angleterre)

Belges (Attaques aériennes 1940)

Belges (Aéronautique 1940)

Belges (Balbo Roelandt)

Belges (Biographie R Lallemant)

Belges (Canal Albert Mai 1940)

Belges (Charles Demoulin)

Belges (Film Mony Van Lierde)

Belges (Francois Venoesen)

Belges (Georges Jaspis)

Belges (Henri Gonay)

Belges (Histoire "Drole" C Demoulin)

Belges (Histoire du 350 SQN)

Belges (Jean De Selys Longchamps)

Belges (L'odyssée de Michel Donnet et de Léon Divoy.)

Belges (La drole de Geurre des aviateurs Belges)

Belges (Le Squadron 349)

Belges (Le jour J de Jean Morel)

Belges (Les Belges dans la RAF photos diverses)

Belges (Les Pilotes Belges SQN350 et 349)

Belges (Les Premiers Belges en Angleterre)

Belges (Les commandants du 350 SQN)

Belges (Liste des Avions 350Sqn)

Belges (Londres 21 Juillet 1941)

Belges (Ma mission la plus dangereuse Lucien Leboutte)

Belges (Maurice Balasse)

Belges (Offenberg)

Belges (Patriote Illustré)

Belges (Pensées De Raymond Lallemant)

Belges (Pertes Aeronautique en 1940)

Belges (Photos 349 SQN)

Belges (Photos Allemagne 45)

Belges (Photos Anciens de 1940 (1990) )

Belges (Photos de 40 (2AERO))

Belges (Pilotes et Victoires )

Belges (Premier DC3 de la Sabena OO-AUH.)

Belges (Raymond Lallemant (Extrait))

Belges (Raymond Lallemant)

Belges (Rolin et Siroux le 10 Mai 1940)

Belges (Un Combat de R Lallemant)

Belges (Van de Poel (Un pilote du Sqn350))

Belges (VanRolleghem)

Belges a Dieppe

Belges a la 609

Belges dans la Bataille d'Angleterre

Belges dans la Guerre

Belges dans la RAF 40 45 (LISTE)

Belges du Coastal Command 1940 (SQN 235 et 236)

Belges en Afrique

Belges en France 1940

Belges le 6 Juin 44

Belgian Congo Air Force ??

Bilan de la luftwaffe sur la France en 1944

Coastal Command à l'offensive - Norvège mi 1944/45

Cocardes

Correspondances Grades

D'un repas a l'autre

Dessins

Dessins Avions RAF

Dessins Bombardiers légers RAF

Dessins Chasseurs Anglais

Dessins Spitifires V du 350 Sqn

Dessins Spits de 45 et les Anciens de 40

Extrait ..... (Marc Lévy)

Film RAF 01

Film RAF 02

Film RAF 03

Film RAF 04

Film RAF 05

Film RAF 06

Film RAF 07

Film RAF 08

Film RAF 09

Film RAF 10

Flying Duty

Fonds d'écran RAF

Grades RAF

Histoire de Bouton

Hommage a un équipage de Lancaster

Hommage aux participants de la Bataille d'Angleterre

Interview Closterman (Texte)

Interview de Pierre Closterman (Video)

L'affaire de Dunkerque

La 2nd Tactical Air Force (Normandie 44)

La RAF et la WWII

La bataille d'Angleterre

La bonne planque de Gondregnies

Le Albemarle ( Un bizarre )

Le Lysander et le Walrus

Le Spitfire MH434

Le Stampe SV4

Les B17s de la RAF

Les B25 et A20 (Couleurs)

Les Beaufighters

Les Bombardiers Anglais

Les Bristol Blenheims

Les Chasseurs Anglais

Les Halifax

Les Halifax (en couleurs)

Les Hawker Hurricanes

Les Hawker Tempests

Les Hurricanes (Fabrication Hurricanes)

Les Hurricanes (Versions (Synthese))

Les Hurricanes MK IIC

Les Junkers 52 Belges

Les Lancaster Sqn 103

Les Lancasters

Les Lancasters (Décollage Film couleurs)

Les Mosquitos

Les Mosquitos (Du Bois au Mosquito)

Les Mosquitos (Photos couleurs)

Les PRU (Photos couleurs)

Les PRU a la recherche des V1

Les Pilotes du 609 (Document)

Les Renards

Les Savoia Marchetti Belges

Les Spifires V du 350 Sqn

Les Spitfires

Les Spitfires (Couleurs)

Les Spitfires (Petit Film Spitfire)

Les Spitfires (Versions (Synthese))

Les Spitfires (Video Spitfire)

Les Spitfires PR

Les Spitfires en Sicile

Les Spitfires en couleurs

Les Spits BOB

Les Stirlings

Les Stirlings (en couleurs)

Les Typhoons

Les Typhoons (En couleurs)

Les Typhoons (Plan)

Les Westland Whirlwind

Les avions du Coastal command (En couleurs)

Les cocottes (CR42)

Les pilotes du SQN611

Les villes pour cible

Lettre de Dowding BOB

Lettres et Squadrons RAF

Manuel Anglais P51

Manuel Beaufighter

Manuel Lancaster

Manuel Mosquito

Manuel Spitfire XIV

Manuel Wellington

Manuel du Typhoon

Manuels Spitfires et Hurricanes

Montage Avions 2 Aero 1940

Operation Spartan

Percée d'Avranche 44

Peter Townsend

Pierre Closterman

Pilotes (Chasse) RAF

Posters RAF

Profil des Differents Spitfires

Publicités RAF

Quelques C47

Quelques Pilotes de la RAF

RAF (Actualites de 1939 RAF)

RAF (Actualités RAF FAF 1939)

RAF (Alan Deere)

RAF (Attaque de Tarente)

RAF Uniforms 39 45

Raid Sur Berlin 1943 Extrait Sonore

Raid Sur Essen 1943 Extrait Sonore

Raid Sur Stettin 1943 Extrait Sonore

Termes RAF

Tunderbolts en couleurs

Typhoon sur le ventre

Un Raid en Images

Un Vol avec Liberty Belle

Un pilote francais en Normandie

Une Base en Normandie JUIN 1944

Vera Lynn (Arrangement)

Vera Lynn (Film1)

Vera Lynn (Film2)

Vera Lynn (Film3)

Vera Lynn (Film4)

Vera Lynn (Pochettes)

Contacts


Webmaster :

Envoyer un message



Déjà 3012351 visiteurs

Belges (Georges Jaspis)


Georges Jaspis était un ancien pilote des belges libres de la RAF au sein du Squadron 609 , le West Riding of Yorkshire.
Cette escadrille est une des plus célèbres de la seconde guerre mondiale, car elle a été une des premières à employer le Hawker Typhoon, mais elle a également eu en son sein une palette d’as ou de virtuoses du manche à balais.
Excepté Jaspis, on peut nommer Roland Beamont, « Pinky » Stark, Raymond « Cheval » Lallemand, Charles Demoulin (l’auteur de « mes oiseaux de feu ») et d’autres pointures, telles que « Paulo » Cooreman, Baudouin de Hemptinne, de Spirlet, ou encore Jean de Selys-Longchamps qui attaqua en rase-mottes le QG de la Gestapo de l’avenue Louise à Bruxelles, sur sa propre initiative, ce qui lui valu une décoration prestigieuse (la DFC) mais également une rétrogradation…
Georges Jaspis était un de ces talentueux aviateurs qui a participé directement à l’écrasement de la bête immonde.
Titulaire de nombreuses decorations nationales et internationales (DFC, Legion d'Honneur .. .) , il est mort dans sa 92eme année, en décembre 2007.
Georges Jaspis est né le 11 novembre 1916, à Opprebais.
Il a débuté dans l’aviation par l’école d’aviation civile à Bruxelles puis l’école de pilotage à Wevelgem.
Lorsque la guerre a éclaté, cela faisait un an qu’il volait , après avoir obtenu son brevet de pilote militaire.
Il était alors détaché à Tirlemont dans la 5e escadrille, 3ème groupe, 1er régiment aéronautique.
Sa passion pour l’aviation a démarré à l’âge de 7-8 ans .
« J ’étais passionné par les avions, j’adorais le mouvement, et puis j’étais un peu cow-boy sur les bords », déclara-t-il au cours d’une interview .
A 10 ans, il s’était déjà décidé à rentrer dans la force aérienne belge .
Dans son village il y avait un mécano, un chef de hangar, qui lui racontait des anecdotes et qui l’ encouragea dans cette voie.
Le 10 mai 1940, premier jour de la guerre, tous les avions de l’escadrille de Jaspis décollèrent .
« Je devais aller sur la plaine de Horion-Hozémont. Après quelques minutes de vol, je me suis retrouvé face à face avec un avion allemand.
Au moment où j’ai tenté d’actionner les mitrailleuses, j’ai constaté qu’elles ne fonctionnaient pas. Je suis donc passé sous l’avion allemand, qui n’a pas tiré.
En fait ils venaient bombarder l’aérodrome » .
A l’atterrissage, Jaspis est horrifié.
Il raconte au commandant de groupe l’histoire qui venait de lui arriver .

Les avions avaient été dépourvus d ’une pièce du système pneumatique de mise à feu des mitrailleuses une semaine auparavant, afin d’éviter des attaques intempestives des belges…« Un peu plus tard, un avion de reconnaissance allemand est passé au dessus de nous.
J’ai demandé pour aller l’abattre, mais le commandant a sorti son pistolet 7,65 en disant « non, on ne décolle pas, je n’ai pas reçu d’ordre ».
Une demi-heure plus tard, 9 Messerschmitt détruisaient nos 13 avions camouflés sous les pommiers.
Mais ça, on ne le raconte jamais » .
Plus tard , il rejoint la RAF (Royal Air Force) au sein de l’escadron 609 West Riding of Yorkshire .
« J’ai le nom de tous les pilotes que j’ai abattus. C’est horrible de penser à leur âge.
Ces pauvres types volaient comme nous.
Ce n’était pas l’homme qu’on tentait d’abattre, c’était l’avion, la machinerie ennemie.
Il n’y avait pas vraiment de haine, en tout cas au début, pour l’ennemi en tant que personne humaine.
Si ceux que j’ai abattus étaient ici, on boirait des pintes ensemble » .
Un soir, alors que l’escadrille stationnait dans le Pas de Calais, un pilote militaire allemand qui s’était égaré se pose sur le terrain de l’escadrille .
Il devait se poser à Cherbourg et a confondu.
Une fois posé, les gardes sont allés voir jusqu’au pied de l’avion et le pilote s’est rendu.
Après cinq minutes au bar , le pilote est presque déshabillé, dépouillé de ses insignes. « On a bu des pintes et des pintes ensemble et puis on lui a fait un bon lit.
Chacun voulait garder un souvenir de lui.
Je crois qu’on peut parler d’une espèce de chevalerie du ciel.
Le lendemain, la police militaire est venue, il a été fait prisonnier de guerre » .
Après avoir volé sur des Spitfires, Georges Jaspis est intégré dans une escadrille de Typhoons, l’appareil d’attaque au sol par excellence de l’époque, équipés de roquettes et de quatre canons de 20 mm.
« Pendant la première phase du débarquement, sur les plages, on ne nous a pas appelés.
Avec le recul, je pense qu’il y a eu un manque de compréhension. Nous aurions du être beaucoup mieux utilisés, ce qui aurait économisé beaucoup de vies .
Quand ça allait vraiment mal pour les alliés on nous envoyait par 4 ou 8 avions pour tirer sur les fortifications, les blindés ou les sites de canons.
Les bunkers sautaient, tout explosait sur notre passage. En fait on détruisait tout ce qui résistait aux alliés.
On nous appelait, et vingt minutes plus tard nous faisions un passage, et tout était rasé.
Nous avons aussi attaqué les ponts sur la Seine afin d’éviter que les allemands ne se reconstituent en quittant la Normandie.
On partait de 3000 m, en piquant presque à la verticale à plus de 800 km/h et on lâchait les roquettes ».
A la fin de la guerre, Georges Jaspis survol
é la Ruhr , complètement détruite.
« C’était épouvantable. J’ai volé aussi jusqu’en Inde où j’amenais des troupes, puisque l’Angleterre était toujours en conflit avec le Japon » .
Pendant 5 années de guerre, Georges Jaspis fut marqué par l’ambiance de la Royal Air Force .
L’esprit de corps y était particulièrement présent , une société dans laquelle tout le monde avait de l’estime pour l’autre.
Le patriotisme britannique le surprend, comme de reste la certitude dans la victoire .
« Côtoyer cette force aérienne militaire ou en faire partie en tant que pilote, c’était très fort comme sentiment .
J’ai rencontré des personnes fantastiques par leurs compétences, des personnes passionnées.
Pour bien comprendre cet engagement, il faut vraiment être dans l’action.
Parfois aussi, on a eu très peur, mais on ne le montrait pas trop et on reprenait du service illico, en se regonflant à bloc.
A une période, j’ai été touché 3 jours de suite par la défense anti-aérienne.
Le 3ème jour j’étais vert ! Le jour suivant, pas un seul coup de canon vers nous. C’était reparti ».
Après-guerre, Georges Jaspis quitte la force aérienne et passe la totalité de s a carrière à la Sabena, ou il devient le pilote titulaire du plus grand nombre d’heures de vol.

La reconnaissance et les honneurs ne l'ont jamais intéressés. « Je n’ai toutefois pas tiré un trait définitif sur ce qui s’est passé et mon expérience des avions.
J’ai conservé une certaine mémoire qui a moins trait à la guerre en tant que telle qu’à mon expérience aérienne »

.Phil642

--------------------------------------------------

Georges "Poupa" Jaspis avait totalisé 27 000 heures de vol, militaires et civiles...
Il était né le 11 novembre 1916, deux ans avant la fin de la Première Guerre mondiale mais c'est dans le second conflit planétaire qu'il s'illustra : Georges Jaspis qui est décédé vendredi, avait, en effet, rejoint la Grande-Bretagne où il s'illustra avec les as de la RAF. Pilote militaire belge en mai 1940, il décida de poursuivre le combat et fut pris en charge au sein de la ligne d'évasion Comète par Andrée (Dédée) De Jongh en personne ! Admis dans les rangs de la Royal Air Force, il gravit les échelons pour être admis le 26 juin 1943 au sein de la mythique 609e escadrille qui n'était pas classée par hasard "Top Score Squadron".

Le Brabançon wallon allait s'en montrer digne à bord de son Typhoon. Un fameux avion comparé à ceux qu'il avait pilotés en Belgique. Convaincu qu'avec de telles "caisses", son pays n'aurait pas dû capituler aussi vite, le sergent Jaspis fit preuve, de mission en mission, d'une énergie peu commune, provoquant parfois l'ennemi, ici à un jet de pierre de Paris, là, au-dessus du territoire national. On lui dut aussi la centième victoire d'un aviateur belge. L'époque était enthousiasmante pour Georges Jaspis, surnommé... "Poupa", surtout après le débarquement allié, avec la libération progressive de l'Europe continentale. Georges Jaspis effectua en tout 345 sorties, ce qui lui valut de recevoir la très réputée Distinghuised Flying Cross et plus tard la Légion d'Honneur. Passé de la 609e escadrille au Transport command de la RAF, Jaspis y jeta les bases de sa carrière de pilote de ligne.

En février 1946, il inaugurait la liaison Bruxelles-Genève de la Sabena où il poursuivit sa carrière jusqu'en 1978. Ne disposant pas encore de tenue de la compagnie, Jaspis avait enfilé son uniforme de la RAF ! Il fut cependant prié de ne pas quitter l'avion mais il n'en trinqua pas moins avec le Premier ministre suisse...

Pendant 32 ans, il assura notamment les longs courriers outre-Atlantique - à 2 400 reprises ! - et répondit présent lors des événements du Congo. Le 17 juillet 1960, il ramena 303 femmes et enfants de Léopoldville. Un vol exceptionnel : il effectua les 7 000 km d'un seul coup d'aile. Au terme de sa carrière, on a estimé qu'il avait totalisé 27 000 heures de vol. Fameux record dont Jaspis ne tira nulle gloriole, heureux d'avoir rendu service tout en vivant sa passion.


Source : "Une carrière d'aviateur exceptionnelle", Freddy Capron, Editions "The Golden Falcon", 2006.

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 17/05/2010 @ 13:42
Catégorie : Histoire

NewsLetter


Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Sites Annexes



• Le Forum RHA

• Une Mission



_____________________


• Aéronautique 1940

• Récits de 1940

• Témoignages 1940

• Terrains de 1940



_____________________


LE BAR DU 350SQN
Cliquez sur l'insigne ..

Calendrier


<< Mai  2018 >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
30 01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 01 02 03

Recherche


Google

Sur le web

Sur ce site

Sondage


Que pensez-vous de ce Site ?

Bien

Bof ...

Rien

Résultats

Retour début de page





Page générée en 0,058 secondes